Nos Articles et Publications

Le SYNAVI est force de réflexions sur le spectacle vivant et sur nos métiers.
Retrouvez nos articles et nos publications.

La crise liée à la pandémie de COVID-19 a touché de plein fouet le secteur culturel indépendant, stoppant net les activités de l’ensemble de ses acteurs. Elle a mis en lumière les limites du système : course aux créations trop peu diffusées, spectacles non aboutis par manque de temps et de moyens, multiplicité des appels d’offres, des appels à projet, inégalités territoriales pour les acteurs comme pour les habitants, paupérisation des artistes…

Parce que nous sommes persuadés que l’art et la culture sont au cœur d’un développement durable de toute société humaine, que la création artistique est un engagement particulier, individuel ou collectif, d’intérêt général, que les structures indépendantes sont à l’initiative de l’innovation et du lien permanent entre art et société, le SYNAVI milite pour un changement de paradigme en matière de politiques culturelles.

La crise sanitaire a provoqué une interruption brutale de nos activités, un confinement quasi mondial, et au- delà, un état de sidération. Cette stupeur possiblement surmontée, nous devons imaginer dès aujourd’hui le paysage artistique et culturel que nous désirons pour demain.

La fin du confinement, nous le savons désormais, ne signifie pas le redémarrage des projets en cours ou à venir. L'obstacle des mesures sanitaires et la volonté de « retrouver » un équilibre économique ne doivent pas nous faire oublier le Mur du changement climatique qui provoquera rapidement d'autres « empêchements ».

Oui, nous devons nous battre dans l'urgence pour obtenir la préservation des droits des artistes et techniciens intermittents, mais en nous disant que cette sauvegarde nécessaire aujourd'hui et pour l'année qui vient, ne règlera pas les questions posées par une croissance souhaitable des activités artistiques et culturelles qui devra être liée à une décroissance de l'utilisation des ressources et biens matériels.

Oui, nous devons revendiquer à tous les niveaux des fonds de soutien importants pour soutenir les structures de création les plus en difficulté. Ces fonds nous permettront de survivre pour l'année qui vient mais ne règleront pas les problèmes systémiques liés à une logique de production/diffusion qui est aujourd'hui dans une impasse.