Communiqué Synavi Agences régionales 06 04 16

A l’heure où la réforme territoriale et la mise en place des nouveaux exécutifs régionaux réinterrogent le rôle des Agences régionales, le SYNAVI réaffirme sa position sur ces organismes qui recouvrent des réalités diverses, en fonction de leur histoire, du maillage artistique et culturel sur les territoires, de leur mode de gouvernance et des missions qui leur sont confiées.

Le SYNAVI estime que les Agences régionales peuvent utilement remplir des missions d’information, de formation, de ressources ou de soutien logistique aux professionnels (mise à disposition de lieux de répétitions, parc de matériel…) et de soutien ponctuel à la production et la diffusion des œuvres, dans le cadre de dispositifs clairement identifiés et sous condition que les organisations professionnelles représentatives du secteur soient associées à leur définition comme à leur mise en place et au suivi de leur réalisation.

Pour cela, le SYNAVI appelle à la plus grande vigilance pour éviter toute dérive et demande a minima :

• que les subventions allouées par les Agences soient limitées à des aides à la diffusion et aux coproductions sur des critères transparents, les plus objectifs possibles, selon des modes de calculs équitables et que les aides à la structuration et au fonctionnement restent du ressort direct des collectivités territoriales et/ou de l’État ;

• que les enveloppes soient connues de tous et que leur utilisation soit destinée à toutes les structures qui s'inscrivent dans une démarche de diffusion culturelle, qu'elles soient labellisées ou non ;

• que, dans tous les cas, ces soutiens financiers soient accordés selon l'avis de commissions comprenant des représentants des principaux acteurs, dont le secteur de l'éducation populaire et les représentants des territoires. Nous réfutons les « experts » et « personnes qualifiées » à l'exception de celles qui auraient été désignées d'un commun accord par tous les acteurs.

Par ailleurs, quelles que soient les missions confiées aux Agences régionales, le SYNAVI rappelle les principes suivants:

• Les budgets de fonctionnements des Agences ne doivent pas être abondés par les pouvoirs publics au détriment des aides directes dédiées aux compagnies : ce sont les structures de création qui doivent être soutenues prioritairement par l’État et les collectivités territoriales, à l’heure où elles subissent de plein fouet les restrictions budgétaires.

• Les Agences régionales ne doivent pas être des « technostructures intermédiaires » qui s’interposent entre les acteurs et les services de la Région et de l’État, d’autant que ceux-ci, souvent en sous-effectifs, peinent à faire face aux urgences du secteur.

• Les organisations professionnelles, les services des collectivités territoriales territoires et les acteurs de l'éducation populaire doivent être consultées dans une réelle démarche de co-construction, associées aux instances de décision et d’orientation, avec des voix qui soient réellement entendues et prises en compte. Elles refusent d'être de simples cautions permettant de garantir un consensus de façade.

Le SYNAVI sera particulièrement attentif et réactif dans les prochains mois à l’évolution des Agences régionales pour que, hors de toute situation hégémonique qui concentrerait dangereusement les moyens et les prérogatives, elles occupent une juste place dans les politiques culturelles.