Etat

Le 06 mai 2020

Monsieur Le Président,

Pour atteindre l’objectif d’une reprise dans des conditions permettant de garantir la sécurité des professionnel-le-s ainsi que du public, il faut impérativement que les pouvoirs publics mettent en œuvre une série de mesures urgentes :

  • Associer les organisations syndicales de représentant-e-s des professionnel-le-s, les représentants desemployeurs aux échanges avec les autorités sanitaires. Un Comité Sanitaire et Social ainsi composé pour superviser la gestion de la reprise serait opportun ;
  • Renforcer les financements des structures aidées par l'Etat ou les collectivités territoriales pour leursmissions ou leurs projets ;
  • Instituer un dispositif de soutien à l'emploi artistique et culturel qui rende économiquement viables desactivités dont les équilibres financiers sont bouleversés par les normes sanitaires.

Parallèlement, pour sécuriser la situation de toutes celles et ceux qui ne pourront malgré tout pas reprendre, il est crucial d’instaurer les dispositions suivantes :

  • Les dispositifs d'aide aux entreprises tels que l'activité partielle doivent être prolongés ;
  • L’assurance chômage assure un revenu de remplacement à toutes celles et tous ceux qui sont privés de travail. Les dispositions des annexes 8 et 10 du régime d'assurance chômage doivent être aménagées pour prolonger les droits jusqu'à un an après la reprise totale d’activité. Dans l’attente de cette reprise totale d’activité, les droits doivent être maintenus sans conditions. Des mesures spécifiques doivent également être prises pour sauver les primo-entrants et celles et ceux en rupture de droits, lourdement pénalisés par l’arrêt de l’activité ;
  • Les règles d’accès aux indemnités de sécurité sociale doivent être adaptées, sans quoi les congés maternité ou maladie ne seront pas accessibles ;
  • Envisager des mesures financières pour les professionnels subissant les plus importantes pertes de revenus, aupremier rang desquels les artistes et technicien-ne-s intermittent-e-s du spectacle, ainsi que les autrices et lesauteurs.

Le gouvernement doit annoncer au bénéfice de nos secteurs du spectacle vivant, de l'audiovisuel et du cinéma unplan de relance à la mesure de ce que nous subissons et subirons encore sans doute longtemps.
Soutenir financièrement les conditions de la création et les créateurs est un impératif national qui se justifie autant d'un point de vue culturel qu'économique.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l'expression de notre très haute considération.


Syndicats de salarié·e·s
CFTC média+
CGT Spectacle
FASAP-FO
CCS CFE-CGC Spectacle
SNAPAC CFDT

Organisations d’employeurs

FSICPA – Fédération des Structures Indépendantes de Création Artistiques

  • SCC - Syndicat des Cirques et Compagnies de Création
  • SYNAVI – Syndicat National des Arts Vivants

SMA – Syndicat des Musiques Actuelles
UFISC – Union Fédérale d’Intervention des Structures Culturelles
USEP-SV - Union Syndicale des Entreprises du secteur Public du Spectacle Vivant
LES FORCES MUSICALES
PROFEDIM - Syndicat Professionnel des Producteurs, Festivals, Ensembles et Diffuseurs Indépendants de Musique
SNSP - Syndicat National des Scènes Publiques
SYNDEAC - Syndicat National des Entreprises Artistiques et Culturelles

Le SYNAVI est signataire de la Déclaration commune des organisations salariées et employeurs du spectacle vivant à l'attention du Gouvernement. Cette déclaration demande au Gouvernement à être associé aux travaux de préparation de la sortie de crise Covid19 pour le secteur professionnel du spectacle vivant.

Le SYNAVI a par ailleurs envoyé, le 9 avril 2020, une alerte spécifique à la Direction Générale de la Création Artistique du Ministère sur la question des festivals, en particulier le festival d'Avignon.

Son contenu :

 

Madame, Monsieur,

En ce mois d'Avril, un grand nombre de structure sont en pleine préparation des festivals d'été (juin à août), et investissent de l'argent. C'est aujourd'hui qu'elles ont besoin de savoir ce qu'il va en être sur la tenue de ces événements.

Nous demandons un positionnement au plus vite du Ministère sur le maintien ou non des festivals.

Si les festivals sont annulés, nous demandons à l'Etat d'assumer ses responsabilités en proposant immédiatement les conditions d'indemnisation et de compensation pour les structures et équipes productrices de spectacles et qui sont déjà engagées financièrement.

Si les festivals sont maintenus, nous demandons quelles conditions sanitaires seront mises en œuvre ou demandées pour la tenue des représentations.

Plus tôt nous connaitrons le positionnement des pouvoirs publics, plus tôt nous pourrons limiter les effets dommageables pour les structures indépendantes.