Etat

Madame la Ministre de la Culture et de la Communication,
Mesdames et Messieurs les Elu.e.s des Conseil Régionaux, des Conseil Généraux, des Municipalités,
Mesdames les Directrices des Affaires Culturelles, Messieurs les Directeurs des Affaires Culturelles,


Depuis des mois, vous nous gratifiez de déclarations de principe, auxquels nous ne pouvons qu’adhérer pleinement : Oui, la culture est, comme l’éducation, le ciment de notre société. Oui, la culture est un investissement pour l’avenir. Oui, l’art et la culture sont les ferments de la citoyenneté.

Pourtant, derrière tous ces discours, nous assistons à une situation inédite depuis plusieurs décennies : on ne compte plus les coupes budgétaires drastiques, les déprogrammations arbitraires, les évictions d’équipes et de directions artistiques, les interruptions de projets engagés.

Sous couvert de « politiques d’austérité » ou de « choix de programmation », le saccage se généralise à tous les niveaux (DRAC, collectivités territoriales) et ne se limite pas à une couleur politique : Compagnies, lieux indépendants ou labellisés, festivals, de toutes disciplines, dans toutes les régions : tout le secteur artistique et culturel est touché par cette vague dévastatrice, et tous les prétextes sont bons pour justifier ces brusques changements de cap qui fauchent les projets et les équipes artistiques.

Madame la Ministre,

 

En tant que membre de plein droit du Conseil National des Professions du Spectacle, le SYNAVI – Syndicat National des Arts Vivants – a participé à l’assemblée plénière du 19 décembre 2014, aux côtés de l’UFISC, sa Fédération d’employeurs aujourd’hui reconnue au même titre que la FESAC.

Le fonctionnement du CNPS étant ce qu’il est, les organisations participantes n’ont pas toutes la possibilité d’exprimer leur point de vue et de vous poser l’ensemble des questions sur lesquelles elles souhaitent avoir vos réponses et votre avis. C’est pourquoi le SYNAVI tient à vous communiquer par la présente sa contribution au CNPS du 19 décembre dernier.

Les centaines de structures indépendantes que nous représentons sont parmi les plus dynamiques de France et nous ne manquons pas d’ambition, aussi saluons-nous votre dynamisme et votre ambition affirmés.

Nous souhaitons attirer votre attention sur quatre points particuliers :