Une fois de plus, l'État ne respecte pas ses engagements.

Le ministère de la Culture a demandé à ce que les activités artistiques et culturelles, annulées pour cause de Covid-19, soient payées - ce qui a été rendu possible, pour les établissements publics, par la levée de la "clause de service fait". Pourtant, de nombreux établissements scolaires refusent encore l’indemnisation des équipes artistiques, même lorsque leurs interventions ont été financées par des programmes du ministère de la Culture et les fonds, versés.

Aujourd’hui, le Ministère de l’Éducation Nationale prévoit que les enfants ne pouvant être accueillis par les enseignants, du fait des mesures sanitaires, puissent bénéficier d’activités « éducatives et ludiques » avec des artistes, notamment.

Lancé sans réflexion, sans concertation avec les acteurs de terrain, au détriment des élèves, des enseignants et des artistes impliqués, ce dispositif 2S2C (« Sport Santé Civisme Culture ») nous apparaît comme un dispositif au rabais, impraticable. Cette façon de faire témoigne du mépris de ceux qui ont la charge de gouverner envers ceux qui travaillent, qui souhaitent faire durablement œuvre de construction avec les citoyens de demain.

 

Comment l’activité culturelle se relancera-t-elle, et notamment l’éducation artistique, sans panser – et repenser – l’économie des actions artistiques, le financement des structures intervenantes ? 

L’éducation artistique mérite mieux que l’organisation d’activités occupationnelles dans les écoles pour recréer du lien. Oui, les équipes artistiques donneront forme et matière à la sensibilité des jeunes. Mais donnons-leur-en le temps et les moyens. Et favorisons de nouvelles façons de faire, de collaborer, d’articuler art et éducation.

Nous demandons le retrait du projet 2S2C en l’état et une nouvelle politique pour le spectacle vivant.

Le Conseil National du SYNAVI
23 juin 2020

 

Télécharger le communiqué DISPOSITIF « SPORT SANTÉ CIVISME ET CULTURE » (2S2C) DANS LES ÉCOLES : L’EDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE AU RABAIS