La politique de soutien aux équipes artistiques est en cours d’évolution au sein du Ministère de la Culture. La DGCA (Direction Générale de la Création Artistique) souhaite en effet « simplifier et assouplir » les dispositifs, pour mieux prendre en compte « le parcours de l’artiste (..) et la globalité de son projet artistique » mais aussi « favoriser le renouvellement des générations et des équipes aidées ».

Concrètement, il s'agit d'assouplir les règles actuelles sur les différents types d’aides (durée des conventionnements, notamment), de mieux tenir compte des temps et projets de création, de diffusion et d’action culturelle (« sortir de l’injonction à produire toujours plus ») et de mieux intégrer les projets pluridisciplinaires et les projets d’envergure dans les dispositifs d’aides de l’État et des DRAC (aides au projets, conventionnements).

La DGCA a confirmé son intention d'avancer dans cette réforme indépendamment de toute garantie de hausse de budget de l’État sur le sujet (!).

La plateforme commune SCC - SYNAVI a été élaborée dans ce contexte, les premières concertations avec le Ministère ayant été ouvertes en 2018.

Nous sommes, pour l’heure, loin du nouveau modèle permettant l’autonomie des équipes artistiques, tel que le SYNAVI et le SCC le revendiquent.

 

Néanmoins, la dernière réunion de travail avec la DGCA, ainsi qu’avec l’ensemble des organisations professionnelles, laisse à penser qu’au-delà de la réforme présentée et avec nos interventions - associées à celles de l’UFISC - nous puissions :

  • aller plus loin dans la reconnaissance du projet global d'une équipe artistique comme motif au conventionnement ;
  • retravailler la question du lien des équipes de création avec les lieux, et leurs modalités de collaborations (résidence, coproduction…) ;
  • voir prise en compte la grille d'évaluation des lieux intermédiaires et indépendants (LII) travaillée avec la DGCA – grille d’évaluation qui comprend une dimension d'autoévaluation des LII aidés et des critères qualitatifs d’évaluation (liens au territoire, aux habitants) ;
  • avoir plus d’explications sur les différents montants de soutien de l’État et des DRAC en fonction des disciplines artistiques ;
  • voir rétablie la nécessaire distinction entre les aides à la structuration de 2 ans et le conventionnement.
  • avoir un groupe de travail sur les comités d'experts, pour aborder les problèmes que nous posent leur fonctionnement et composition.

Les projets de textes réglementaires actant la réforme envisagée par la DGCA devraient nous être présentés à la rentrée 2020.