Mobilisation à Grenoble le 19 janvier

Le Synavi Aura s'associe à la journée d'action du 19 janvier initiée par la CGT spectacle à Grenoble, dont vous trouverez le descriptif ci-dessous, avec une lettre adressée au Préfet de l'Isère.

Rdv à 14h30 devant la Préfecture place Verdun.

Compte rendu de l'intervention de Vincent Bady lors de la mobilisation du 15 décembre à Lyon

Le SYNAVI a participé au rassemblement du 15 décembre devant la DRAC à Lyon, à l'appel de la CGT Spectacle. Près de 500 personnes étaient réunies.

Vincent Bady a pris la parole au nom du SYNAVI pour lire le communiqué commun aux organisations professionnelles nationales (dont nombreuses participent à la plateforme régionale) et a pris part à la délégation (avec SFA-CGT, SNAM-CGT, Collectif unitaire des intermittents et précaires, FO-spectacle, syndicat de l'éducation artistique, artistes plasticiens) reçue par le DRAC, Marc Drouet, et Bastien Colas, directeur du Pôle Création.

Après des prises de paroles respectives, le DRAC a pris acte de l'unité de la mobilisation, et a répondu qu'il ferait remonter les demandes. Dans son intervention, à noter :

  • Le plan de soutien de l'Etat à la Culture (7mds d'euros) a permis de sauvegarder l'emploi dans le secteur (contrairement à d'autres pays européens). La DRAC a choisi d'aider les lieux de diffusion pour qu'ils aident à leur tour les compagnies.
  • La DRAC se fait fort de défendre "la culture de création".


Sur ces différents points Vincent Bady a répondu :

- Sans doute l'emploi dans les "grandes maisons" a été sauvegardé, mais dans le secteur le plus fragile (jeunes artistes, petites compagnies, intermittents, etc.) la précarité s'est accentuée gravement, les reports de spectacles vont créer des embouteillages massifs et de nombreux projets de Création seront de fait annulés. Nous ne pouvons accepter que la crise sanitaire ait le dernier mot et fasse le tri entre les compagnies et les projets artistiques.

- Malgré l'injonction de la DRAC aux lieux de diffusion pour qu'ils honorent les contrats de cession avec les compagnies, les lieux disent souvent n'avoir pas été en situation de le faire. Il faut que l'aide cible aussi les compagnies, les équipes artistiques et les artistes eux-mêmes (soutien notamment au paiement des résidences et répétitions pendant le confinement).

- Enfin les aides consenties par la DRAC à certaines compagnies et lieux au titre d'un plan de relance 2020 ont été accordées dans une opacité totale sur les critères retenus. De même pour l'application des mesures de dégel du budget de la culture.

- Concernant le champ privilégié soi-disant de la "culture de création", la loi LCAP se réfère au paradigme des "Droits Culturels des personnes" et on attend d'abord des politiques publiques de la culture qu'elles favorisent la liberté d'expression et de création artistique des artistes et le soutien au développement des parcours culturels de tous.

- la plateforme intersyndicale régionale demande qu'une concertation permanente ait lieu avec les organisationss professionnelles dans le cadre d'un COREPS à constituer.

Sur ce dernier point le DRAC a signalé son accord mais souhaite s'assurer de la participation des autres collectivités (Région...).

Rassemblement pour la réouverture des lieux culturels : MARDI 15 décembre

Dans le cadre de l'intersyndicale des structures employeuses de Toulouse, le SYNAVI Occitanie appelle à un rassemblement pour la réouverture des lieux culturels demain, MARDI 15 décembre après-midi avec le SNAM CGT et la CGT Spectacle.

Nous pourrons répondre à vos questions à cette occasion.

Rendez-vous à :

  • 16h devant la Cave poésie (rue du Taur, Toulouse) pour une performance poétique.
  • 18h au Théâtre du Grand Rond (rue des Potiers) pour un marché de noël pour un grand déstockage de produits non-essentiels du spectacle vivant.
Mots-clés :

Le SYNAVI Occitanie vous accompagne et répond à vos questions : Mardi 15 décembre, de 10h à 12h - ANNULEE

La visioconférence initialement prévue mardi 15 décembre, de 10h à 12h pour répondre aux questions liées à la crise sanitaire et aux mesures d'aide est annulée. 

Dans le cadre de l'intersyndicale des structures employeuses de Toulouse, le SYNAVI Occitanie appelle à un rassemblement pour la réouverture des lieux culturels demain, MARDI 15 décembre après-midi avec le SNAM CGT et la CGT Spectacle.

Nous pourrons répondre à vos questions à cette occasion.

Rendez-vous à :

  • 16h devant la Cave poésie (rue du Taur, Toulouse) pour une performance poétique.
  • 18h au Théâtre du Grand Rond (rue des Potiers) pour un marché de noël pour un grand déstockage de produits non-essentiels du spectacle vivant.
Mots-clés :

Manifestation le 15 décembre à Strasbourg

Après la désannonce gouvernementale méprisante et incohérente du 10 décembre interdisant la réouverture des salles de spectacle et de cinéma initialement programmée le 15 décembre un appel à manifester a été lancé nationalement par l'intersyndicale du spectacle vivant.

Professionnels du spectacle vivant, que vous soyez techniciens, administratifs ou artistes, que vous soyez permanents ou intermittents, il est essentiel de répondre à cet appel en nombre ! Spectateurs, spectatrices en manque, n'hésitez pas à nous rejoindre !

A Strasbourg manifestation* mardi 15 décembre à 14h Place Kéber

Pour être visibles, nous vous invitons à :
- A vous transformer en homme/femme sandwich avec vos affiches de spectacle
- A ramener vos instruments, vos accessoires et outils de travail
- A faire du bruit, harmonieux ou pas !
- A fabriquer des pancartes avec les messages de votre choix
Et dans tous les cas, à venir avec au minimum 500g de farine dans un sac neutre pour mener l'action collective suivante
1
) Au battement du tambour chacun se place à 2m de distance de ses voisins et trace un cercle de farine autour de soi
2) Au signal nous pousserons un grand cri de colère
3) Nous jetterons un nuage de farine sur la place à l'image du brouillard dans lequel nous avançons depuis des mois.

La culture est un droit et un bien essentiel. L'art est public. Il n'est pas une variable d'ajustement.


* Mesures sanitaires du rassemblement
- Les personnes vulnérables sont invitées à faire preuve d'une vigilance particulière et sont invitées à ne pas participer
- Les personnes présentant des symptômes ainsi que « cas contact » doivent impérativement rester chez elles.
- Port du masque obligatoire- Distance d'au moins 1 mètre avec les autres
- Saluer sans serrer la main, ni embrassades

Journée de mobilisation à Marseille le 15 décembre

Le 15 décembre, journée de mobilisation ! Rejoignons-nous !
À l'appel du SFA et du SYNAVI
À Marseille Mardi 15 décembre
RDV à 12h devant le Théâtre du Gymnase

4 rue du Théâtre français
pour ensuite accompagner la délégation à la DRAC, rue du Roi René à Aix en Provence. 


Pas de réouverture le 15 décembre, mais finalement peut-être après le 7 janvier ? Cette succession d'annonces incertaines, qui nous place dans l'expectative permanente, est irresponsable ! Elle est en fait un moyen pour le gouvernement de ne pas répondre aux véritables enjeux.

La méthode ne surprend plus vraiment, mais elle est inacceptable : aucune concertation comme le recommande le conseil scientifique lui-même, aucune prise en compte des protocoles sanitaires très stricts mis en place dans les lieux de spectacle et de cinéma !

Depuis le mois de mars, une partie importante de nos secteurs sont totalement à l'arrêt.
Les spectacles « debout» comme les grandes jauges sont interdits. Les grands festivals n'ont pas eu lieu, annulés les uns après les autres. Les salles de théâtre, les scènes publiques, ont souffert d'une activité dégradée par les périodes de confinement, mesures de couvre-feu ou les jauges réduites imposées.
La destruction du volume d'activité et d'emploi pour nos secteurs est donc sans précédent et appelle des réponses d'exception. Les compagnies, les lieux, ainsi que toute la profession : les artistes et technicien-ne-s intermittent-e-s du spectacle, les autrices et les auteurs connaissent un appauvrissement généralisé et les droits sociaux des salarié-e-s sont menacés particulièrement par cette baisse drastique d'activité.

L'Élysée, Bercy comme les ministères de la culture et du travail doivent se montrer à la hauteur des enjeux historiques qui se posent pour nos secteurs. La ministre de la culture a été dépêchée pour compenser l'interdiction de la réouverture des lieux au public en annonçant 35 millions € d'aides, un montant qui ne couvre pas l'ensemble des dégâts. Nous exigeons qu'elles soient fléchées pour soutenir l'emploi direct des artistes et technicien-ne-s et l'activité des autrices et auteurs.

Toutes les structures ne sont pas soutenues de la même manière, ne les laissons pas disparaître ! Le plan de relance est déjà dépassé et n'apporte pas de moyens à la hauteur de la crise.

Pour que nos secteurs puissent résister à cette période critique et que le public nous retrouve :
● Nous exigeons d'être associés à toutes les décisions y compris sanitaires pour permettre la réouverture au plus vite et l'accueil du public, de même que des protocoles sanitaires adaptés à nos métiers qui permettent de travailler sans mettre en danger aucun d'entre nous.
● Nous exigeons un soutien à l'emploi : résidences de création et répétitions doivent être financées, et préparer les spectacles notamment dans les musiques actuelles, les arts de la rue ou le cirque.
● Nous exigeons la garantie de tous les droits sociaux, (assurance chômage, sécurité sociale, protection complémentaire, médecine du travail...) la prolongation de l'année blanche pour l'assurance chômage.
● Un soutien aux enseignements artistiques, alors que les conservatoires voient fuir les élèves.

Nous rappelons que la liberté d'expression artistique fait partie intégrante des droits de l'homme et que la loi française l'a confirmée dans la loi NOTRE (article 103) et la loi LCAP (article 3).

L'Art et la culture sont des activités essentielles et même vitales, qui participent du bien-être psychologique, émotionnel et social. La culture est un droit fondamental inscrit dans la loi !
Des recours en référé-liberté vont être déposés aussitôt que le décret interdisant la réouverture sera pris. Un grand nombre d'organisations s'associe dans ces recours, pour réclamer la réouverture des salles.

Appel à manifester le 3 décembre 2020

Vous n'êtes pas allé.e en tournée depuis longtemps... Qu'à cela ne tienne, c'est le moment: prenez votre valise et mettez-y votre chorégraphie, votre texte, votre envie d'impro, votre instrument de musique, votre ordinateur, etc...

Bref votre objet de travail quel qu'il soit.

Et laissez-vous guider, nous partons tou.te.s en tournée!

RDV le jeudi 3 décembre à 12H30, devant le Lieu Unique à Nantes !

Le temps de se retrouver, d'échanger, et de préparer notre tournée et ses différents moments ...Le voyage durera toute l'après-midi, prévoyez votre pique-nique, attention au départ...
Une action festive et militante à l'occasion de la journée nationale,soutenue par la CGT spectacle, le SYNAVI, Culture en lutte

LE SPECTACLE DEBOUT !

Le 13 novembre dernier nous étions plus de 200 devant la DRAC, nous y avons porté une proposition qui n'a eu aucune réponse. Depuis le mois de mars, notre secteur est à l'arrêt ou presque, les conséquences de la crise seront durables.

SOYONS ENCORE PLUS NOMBREUX-SES ET PLUS VISIBLES

Appel à manifester à Lille le 28 novembre à 16h

Le SFA appelle à manifester samedi prochain, 28 novembre à 16h place de la République à Lille.Le Synavi Hauts de France soutient cet appel et sera présent samedi pour cette manifestation.

Appel à manifestation à Strasbourg le 13 novembre 12h, place de la République

La Fédération du spectacle, de l'audiovisuel et de l'action culturelle CGT (FNSAC) et ses syndicats, dont le SFA-CGT Alsace (artistes-interprètes) et le SAMBR (musiciens), le SNSP Grand Est, le Syndeac Grand Est, le SYNAVI Grand-Est, La FAREST, le collectif du spectacle vivant à Metz, le SCC, Sud Culture Grand Est, en premiers signataires, appellent tous les professionnels du spectacle vivant, intermittents et permanents : artistes, techniciens et personnels de production et d'administration du Grand Est et leurs employeurs à une manifestation

vendredi 13 novembre à 12h, place de la République à Strasbourg

La mise en place d'un nouveau confinement place tous les professionnels du spectacle, artistes auteurs, artistes interprètes, ouvriers, techniciens et personnels administratifs, dans une situation de grande insécurité. Une nouvelle fois, le gouvernement ne reconnaît pas le secteur culturel comme une activité "indispensable" à la nation. Il nous place dans l'impossibilité de porter notre travail auprès du public.

La première prolongation des droits à l'intermittence, décidée au printemps dernier, est désormais insuffisante. L'interdiction des représentations, l'annulation des événements publics empêchent de nombreux professionnels de reconstruire leurs droits. Les logiques de reports d'activité grèvent déjà et éloignent la reprise : il faut prolonger à nouveau automatiquement les droits à l'intermittence pour au moins un an, jusqu'au 31 aout 2022.

Déjà, il faut intervenir d'urgence auprès de celles et ceux, auteur.trices, technicien.ne.s, artistes, qui n'ont pu réunir à ce jour les droits nécessaires pour ouvrir des indemnités décentes, voire aucune, relatives à leurs congés maternité et arrêts maladie.

L'ensemble des caisses sociales est dangereusement mis à mal par la perte des cotisations due au recours massif au chômage partiel. Elles sont essentielles à la protection des plus fragiles, elles sont indispensables au maintien de la profession. Elles seront décisives à la reprise. Déjà, l'Afdas (formation), la CMB (médecine du travail), Audiens prévoyance (congés, retraite et santé), cessent leurs prestations ou sont en instance de faillite. L'Etat doit financer ces pertes sans puiser dans le budget de la culture.

La fermeture totale ou partielle des conservatoires et écoles de musique est incohérente au regard du maintien de l'enseignement général, tout comme l'est l'arrêt brutal ou l'entrave aux interventions artistiques dans les établissements scolaires, dans les territoires et auprès des populations empêchées. C'est la relève de nos métiers qui est en jeu.

Il faut un plan d'urgence fléchant des aides directes pour les compagnies, les ensembles et les artistes indépendant.e.s, leur permettant dès maintenant de garantir l'emploi de leurs équipes, pour pallier les effets d'engorgements liés aux reports de programmation.

Il faut aider les théâtres à accueillir cette activité en leur donnant les moyens dédiés. Il faut garantir leur sécurité, notamment ceux qui sont fragilisés par la perte de billetterie.

Enfin il faut que l'action des partenaires publics soit concertée avec l'ensemble des acteurs du spectacle vivant, afin que partout les contrats soient honorés, les moyens humains et financiers mis en oeuvre pour assurer l'urgence, les subventions votées soient versées sans proratisation et les budgets culturels garantis au minimum, voire augmentés.

Pour cela, nous demandons à l’État et à toutes les collectivités territoriales de jouer leur rôle dans l'organisation de cette action commune.


FNSAC-CGT : fédération du spectacle, de l'audiovisuel et de l'action culturelle

SFA-CGT : syndicat français des artistes-interprètes

SAMBR-CGT : syndicat des artistes-musiciens du Bas-Rhin

SNSP : syndicat national des scènes publiques

Syndeac : Syndicat National des entreprises artistique et culturelles

Synavi Grand-Est : Syndicat National des Arts Vivants, délégation Grand-Est

FAREST : fédération des arts de la rue Grand Est Bourgogne Franche-Comté

Collectif du spectacle vivant à Metz

SCC : (syndicat du cirque et compagnies de création)

Sud Culture Grand Est